Gourmandises aux fleurs de sureau

Connaissez vous le doux parfum des fleurs de sureau ? En plus de leurs propriétés médicinales, les fleurs de sureau amènent en cuisine leur goût si particulier, que l’on peut apprécier de bien des façons.

On dit que la présence d’un sureau à proximité d’une maison la protège des mauvaises énergies. Cet arbuste est aussi associé aux fées et aux déesses féminines. Dans certaines régions, le sureau était également le protecteur des enfants : un arbuste était planté à la naissance de celui qu’il devait protéger toute sa vie (Anny Schneider, Arbres et arbustes thérapeutiques).

  • Le sureau, arbuste médicinal

Cette réputation de protection du sureau ne vaut pas seulement pour les énergies indésirables. Le sureau noir – Sambucus nigra (à ne pas confondre avec le Sureau yèble – Sambucus ebulus, qui est toxique) est traditionnellement utilisé pour ses vertus médicinales.

Le sureau augmente la sudation, il est dit sudorifique, il augmente également les sécrétions bronchiques. On peut l’utiliser dans le soin des bonchites, sinusites, grippes. Il est également diurétique et anti-inflammatoire.

Pierre Lieutaghi (Le Livre des Arbres, Arbustes et Arbrisseaux) rapporte que toutes les parties de la plante sont utilisées en phythothérapie.

– L’écorce interne est utilisée comme diurétique et antalgique, pour soigner les rhumatismes et diverses douleurs ; appliquée sur la peau (au sein d’un baume), elle « était considérée comme l’un des meilleurs remèdes contre les brûlures ».

– Les feuilles fraîches sont traditionnellement utilisées comme laxatif et diurétique. Par voie externe, elles sont utilisées pour certaines infections cutanées, comme antiseptique et antidouleur. Elles seraient efficaces contre les piqûres de l’ortie, et favoriserait l’arrêt des petits saignement (Thierry Thevenin).

– Les fleurs, utilisées sèches, sont, comme l’écorce et les feuilles, diurétiques, mais elles sont surtout réputées pour être sudorifiques et fébrifuges (fait baisser la fièvre) : l’infusion de fleurs est donc recommandée pour accompagner la guérison de bronchites, grippe, rhume, maladies éruptives, mais aussi pour les rhumatismes. L’infusion de fleurs de sureau est également réputée pour soigner les conjonctivites.

– Quant aux fruits (baies), ils sont connus pour être également sudorifiques, mais aussi laxatifs. Il est donc important de ne pas abuser de leur consommation. L’excès de fruits frais pouvant entrainer des nausées et des vomissements. Ils sont très nutritifs (vitamines C, beta-carotène, vitamine B9, vitamine B2, protéines, …).

Sureau arbuste

  • Les fleurs en cuisine

– Qui n’a pas déjà goûté au délicieux vin de sureau ? Pour le préparer, faites infuser des « corymbes » (les fleurs de sureau forment comment des ombelles) à la surface d’un vin blanc de qualité, au soleil, pendant quelques heures. Il suffit pour cela de déposer le vin blanc à parfumer dans un récipient en verre transparent, d’ajouter les fleurs de sureau à sa surface, et de laisser infuser au soleil. Il est possible (mais non nécessaire) d’ajouter un peu de sucre à la préparation …et éventuellement de la laisser fermenter quelque temps dans un endroit sombre et frais. Personnellement, je n’ai jamais réussi à le faire : le vin est bu avec tant de bonheur lors de l’apéritif d’une chaude journée, qu’il ne parvient pas à prendre le chemin de la cave.

– L’infusion des fleurs peut-être fraîche : à la place du vin, on dépose les fleurs à la surface d’une eau de qualité, et on laisse infuser au soleil. On peut y ajouter selon les goûts un peu de jus de citron, et/ou un peu de sucre. Elle est très rafraîchissante telle quelle.

sureau infusion solaire

– En tisane, la fleur de sureau est légèrement diurétique et complémente les cures anticellulite (attention cependant à ne pas en abuser).

– On peut en faire également des beignets, comme avec la fleur d’acacia

La fleur permet de laisser libre court à sa créativité en cuisine…les sorbets au sureau sont un véritable délice glacé (à essayer !), les fleurs sont délicieuses en tarte…à vous de jouer !

sureau fleurs

  • Recette de limonade

La limonade (recette tirée de Plantes, baies et fruits sauvages : Cueillette et recettes)

5 grappes de fleurs sèches

1 citron

450 g max de sucre

15 cl de vinaigre

Dans un grand saladier, diluez le vinaigre, le jus de citron, et le sucre dans l’eau. Ajoutez les grappes de fleurs.

Couvrez d’un voile et mettez au soleil pendant 3 h.

Filtrez, mettez en bouteille, et bouchez.

voisin Le sureau, mon voisin n’en pense que du bien !!!

 

 

  • Quelques ouvrages pour en savoir plus 

En cliquant sur une des images ci-dessous, vous pouvez commander un livre via Amazon. Pour chaque achat, un pourcentage du prix du produit nous est reversé. Merci !

Présentation de l’éditeur : Edité pour la première fois en 1969, Le Laye des arbres, arbustes et arbrisseaux, qui associait l’étendue et la rigueur de l’information à une forme accessible à un large public, œuvre de botanique et d’ethnobotanique mais aussi tentative d’écriture, était vite apparu comme la plus riche synthèse de langue française en son domaine. Flore descriptive avec clefs d’identification de toutes les plantes ligneuses de France (région méditerranéenne comprise) et, des pays de l’Europe moyenne, développant au besoin des points intéressants de leur biologie, de leur écologie ou de leur distribution, l’ouvrage traite simultanément des principaux aspects de leur rencontre avec les sociétés, dans l’histoire comme de nos jours : emplois artisanaux et industriels, usages médicinaux et alimentaires,  » folklore « , croyances et symboles. Bibliographie critique et index thématiques ajoutent à l’intérêt du livre comme outil de recherche. Devenu l’un dès ouvrages les plus recherchés de l’édition naturaliste française d’après-guerre, Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux est enfin réédité. Prix du Conseil de la Société botanique de France en 1971, ce livre reste un texte de référence pour quiconque s’intéresse aux plantes ligneuses de nos climats, en un temps où leur devenir ne va plus de soi, où il convient de reconsidérer le futur des arbres avec les meilleurs repères possibles.

Présentation de l’éditeur : Arbre à palabres, arbre à souhaits, arbre-pilier, arbre repère, arbre nourricier, arbre semencier, arbre généalogique et arbre guérisseur, arbre de vie et arbre des morts, l’arbre est un symbole sacré présent dans l’histoire de tous les peuples de la terre.
Sources d’enchantement et de repos, les arbres et la forêt sont aussi des ressources vitales pour la plupart des êtres vivants en raison de l’oxygène, de la chaleur, de l’humidité, de la nourriture et de l’humus qu’ils génèrent.
Leur utilité s’étend à de multiples qualités thérapeutiques assurées par de précieuses composantes biochimiques confirmées aujourd’hui par la science, mais reconnues depuis toujours par l’herboristerie traditionnelle.
Ce traité explore toutes les facettes des liens entre les arbres et les humains, de l’imaginaire universel à l’état de santé de la forêt mondiale. Il expose surtout les valeurs nutritives et thérapeutiques méconnues des arbres les plus familiers, sans oublier des pistes pour les protéger et les utiliser. Ce guide propose un regard nouveau et unique sur ces merveilleux souverains végétaux.

Présentation de l’éditeur : L’ouvrage est divisé en 2 grandes parties.La première partie replace la plante dans son milieu naturel, la valorise et meten garde contre sa fragilité. L’auteur dispense conseils et recommandations d’ordregénéral pour sa cueillette, sa conservation (séchage, stockage, conservation dansl’huile, le vinaigre ou l’alcool) et son utilisation (usages alimentaires, médicinaux,artisanaux et domestiques).La seconde partie présente et décrit 100 plantes, en commençant par celles quise trouvent dans nos jardins ou devant nos maisons, suivent celles qui se développentautour des haies et dans les champs, puis celles qui croissent au bord de l’eau(étangs, mares, rivières, prairies inondables et marécages), et enfin celles qui poussentdans la forêt.Pour chaque plante, l’auteur donne des conseils pour la reconnaître, éviter dela confondre, la cueillir et l’utiliser. Des dessins et des photos accompagnent et illustrent le propos.

Présentation de l’éditeur : Les plantes (les baies ou les fruits) présentées dans cet ouvrage sont communes et faciles à reconnaître. On les trouve partout en France, exceptées quelques-unes, exclusivement montagnardes.Les recettes proposées sont simples et accompagnées, pour chaque plante, d’une fiche de présentation et d’identification avec photo.Où la trouver ? Comment la reconnaître ? Quand la cueillir ? Quelles en sont les propriétés (médicinales notamment) ? Quelles précautions sont à prendre ? Comment la cueillir ?

INSCRIVEZ-VOUS 

pour recevoir gratuitement le guide "Que mettre dans sa trousse d'urgence naturelle ?"

Couverture_bordure.jpg
Votre adresse ne sera jamais communiquée. Vous pouvez vous désabonner quand vous le souhaitez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.