Se nourrir de nature

Nous n’avons en général pas conscience de l’abondance de nourriture que la nature nous offre. Et pourtant, l’abondance est autour de nous. Certaines plantes sauvages nous offrent de nouvelles saveurs, qui s’accompagnent d’indéniables qualités nutritives et énergétiques. Comment reconnaître ces plantes sauvages alors qu’elles ne sont encore qu’à l’état de jeunes feuilles ?

A l’aide de bons ouvrages sur les plantes sauvages, il est en général assez facile d’identifier celles qui poussent autour de chez nous. Il devient nettement moins aisé d’identifier les jeunes pousses pleines de vitalité quand elles ne présentent encore que leurs feuilles. Ce sont en effet souvent les fleurs qui nous aident à l’identification, ou les feuilles bien développées. Identifier les jeunes pousses, les jeunes feuilles, nous permet de nous nourrir de nature et d’ajouter une belle part de créativité dans la cuisine !

  • Abondance et richesse des plantes sauvages comestibles

Les plantes sauvages sont de vrais trésors, souvent complètement ignorés ou détruits. Et pourtant…

Pourtant ces plantes qui poussent « n’importe où » (surtout dans les endroits où l’on préférerait qu’elles ne poussent pas) sont très riches en vitamines, minéraux, et autres nutriments. Elles sont particulièrement riches en énergie vitale.

Pour profiter des bienfaits et de l’abondance des plantes sauvages comestibles, il est indispensable de savoir les identifier quand elles commencent à pousser, et qu’elles n’ont encore que de tendres feuilles. C’est à ce moment que la tâche se complique….et c’est à ce moment que le livre « Récolter les jeunes pousses des plantes sauvages comestibles » de Moutsie et Gérard Ducerf devient un véritable guide magique !

  • Cueillette, mode d’emploi

Pour cueillir les bonnes pousses, mieux vaut être bien accompagné(e). Via ce guide pratique, Gérard Ducerf et Moutsie, grands passionnés de plantes, transmettent leur connaissances, indispensables pour savoir quelles plantes mettre dans son assiette, et quelles plantes éviter – notamment les plantes toxiques.

Les auteurs rappellent ainsi les usages de base de la cueillette et de la préparation à la maison, tels que : s’abstenir en cas de doute, cueillir en conscience, ne pas arracher les racines, etc.

Apprendre à reconnaître la forme des feuilles est une première étape : feuille composée, feuille en rosette, avec limbe en cœur, limbe crénelé… Pétioles, limbe, nervures, glabre, oreillettes, dioïque, tanins, alcaloïdes ou acide oxalique peuvent devenir des termes familiers.

Alliaire 2 Alliaire 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les sauvages les plus courantes

Les 50 plantes les plus courantes sont décrites dans cet ouvrage avec un code couleur, en fonction de la forme de leurs feuilles : feuilles longues – couleur jaune, feuilles ovales – couleur bleue, feuilles rondes – couleur rose. Cela rend l’identification des pousses plus facile.

Chaque plante est décrite avec une photo des feuilles de la base, mais aussi avec ses noms populaire et latin, avec une description des feuilles : texture, odeur, goût, saison de cueillette, mode d’utilisation, lieu de vie. Les plantes avec lesquelles on peut les confondre sont également photographiées et décrites.

Les plantes sont classées en « plante comestible », « plante non comestible mais non toxique », « plante toxique» et « plante très toxique ». Les auteurs proposent une description des fleurs, décrivent le moment de la floraison, et indiquent si les plantes sont visibles ou non en hiver.

Lamier 1 Jeunes pousses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Photographies d’identité

Rien de mieux qu’une photographie de jeunes pousses pour aider à les reconnaître, dans leur lieu de vie, avec le même classement par forme des feuilles.

Une partie du livre est réservée aux 280 « photos d’identité » des plantes. Cette partie permet de comparer la feuille que l’on observe avec des feuilles un peu similaires. Une fois la feuille (presque) identifiée, on se reporte à la première partie, pour vérifier que notre feuille est la bonne, mais aussi pour découvrir quelles sont ses propriétés…

  • Attention, poisons !

Quelques toxiques se trouvent parmi les sauvages. Il est vital se savoir les repérer rapidement. Le guide explique comment distinguer le cerfeuil de la ciguë, comment reconnaître les célèbres aconit, jusquiame, digitale…

Les auteurs ont choisi la prudence, en ne décrivant pas les plantes de la famille des Ombellifères ou Apiacées, dont l’identification n’est pas facile, et qui comporte des toxiques célèbres telles que la cigüe.

  • Délices culinaires

Après la cueillette, il ne reste plus qu’à laisser libre court à son imagination pour créer des salades sauvages, ou agrémenter les plats avec de nouvelles saveurs, pleines de vitamines.

Ces cueillettes sauvages permettent de se reconnecter avec ce que nous offre la Terre Mère et d’avoir un autre regard sur ces plantes quand l’on a souvent appelées « mauvaises herbes »…alors qu’elles peuvent être savoureuses, et qu’il n’est pas même nécessaire de les cultiver.

Avec un bon guide en main, la cueillette devient de plus en plus facile. La reconnaissance des jeunes pousses devient une question d’entrainement. On entre pleinement dans la magie du monde végétal, dans cette richesse infinie qu’on ne se lasse jamais de découvrir….

Pour en savoir plus, laissez vous accompagnés par l’excellent ouvrage des éditions de Terran. Vous pourrez également écouter une intéressante présentation sur la cueillette des jeunes pousses.

Présentation de l’éditeur : Ce livre s’adresse à toute personne désireuse de s’alimenter plus naturellement et d’agrémenter ses repas de saveurs sauvages, mais aussi aux jardiniers, paysans, naturalistes, botanistes et curieux voulant mettre un nom sur une plante avant sa floraison. Nous sommes de plus en plus nombreux à ressentir la nécessité d’utiliser ces trésors accessibles à tous. L’objectif de cet ouvrage conçu comme un guide est de rendre la cueillette accessible à tous grâce à un grand nombre de photos et d’indices qui facilitent l’identification des plantes. On y apprendra à repérer les confusions possibles de 50 plantes communes et surtout, à distinguer celles qui sont dangereuses. Les feuilles de la base de 280 plantes sont minutieusement décrites et accompagnées de multiples photos illustrant l’approche botanique. Vous posséderez ainsi un outil précieux pour reconnaître les plantes sauvages avant leur floraison.

MERCI à @Cliodelphino pour la photo à la une. Photos article @Anne-Lise.Prost

INSCRIVEZ-VOUS 

pour recevoir gratuitement le guide "Que mettre dans sa trousse d'urgence naturelle ?"

Couverture_bordure.jpg
Votre adresse ne sera jamais communiquée. Vous pouvez vous désabonner quand vous le souhaitez.

One thought on “Se nourrir de nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.