Millepertuis, plante solaire

Elle fleurit au mois de juin, elle ressemble à des grappes de petits soleils, elle est utile pour soigner brûlures et inflammations, ainsi que pour ensoleiller l’humeur ? De qui s’agit-il ?

Du solaire Millepertuis !

 

  • Ÿ Qu’est ce que le Millepertuis ?

On l’appelle l’ « Herbe aux Fées », ou encore l’ « Herbe aux mille trous », l’ « Herbe de St Jean », l’ « Herbe aux brûlures », le « Chasse-Diable »… le Millepertuis est la fleur solaire par excellence. Son nom botanique « Hypericum perforatum » fait référence aux mille trous.

Chaque fleur ressemble à un petit soleil, avec ses pétales jaunes (à petits points rouge sombre), ses étamines dressées telles des feux d’artifice de lumière. Pierre Lieutaghi dit poétiquement que « le millepertuis scintille de toutes ses fleurs d’or ».

Vous l’avez forcément déjà croisé, au bord des chemins, dans des clairières, des zones en friche. Ces grappes de fleurs s’épanouissant au soleil de fin de printemps et début d’été.

Peut-être avez-vous remarqué les petits points sombres des pétales, mais surtout les petits trous de ses feuilles. Il suffit de regarder une feuille au soleil, de contempler les milles petits trous, pour savoir à quelle fleur on a à faire.

Le Millepertuis est la plus symbolique des fleurs dites de la St Jean, ou du solstice d’été.

Selon certains auteurs, le bouquet de la St Jean contiendrait également dans nos régions, l’achillée, l’armoise, l’aubépine, la camomille, le fenouil, la fougère, l’iris, la lavande, le lierre terrestre, le mélilot, la plantain, le sureau, le thym, la verveine, et quelques autres…

Pour d’autres auteurs, on retrouve en plus du millepertuis l’achillée, l’armoise, le lierre terrestre, la joubarbe, la sauge, la camomille…

  • Ÿ Quand et comment la cueillir ?

Il est donc de coutume de cueillir le millepertuis le jour du solstice d’été ou le jour de la St Jean, au moment de la journée où le soleil est le plus haut dans le ciel.

Il est important de la cueillir une fois qu’elle a récolté l’énergie solaire, et que la rosée s’est évaporée.

Avant de cueillir, on peut s’adresser à la plante pour lui indiquer que l’on va la cueillir afin qu’elle nous aide à prendre soin de soi, car c’est une médicinale puissante.

Cette forme de communication avec la plante m’est très importante car elle souligne que nous sommes tous aussi importants, que les fleurs sont aussi importantes que les humains, les plantes ayant intrinsèquement des pouvoirs de guérison remarquables. C’est donc une marque de respect. Après la cueillette, on peut aussi remercier ! Cueillons en conscience….

  • Ÿ Quelles sont les propriétés de la fleur de millepertuis ?

Le millepertuis est connu et utilisé depuis très longtemps comme plante vulnéraire : cela signifie que ses usages et bienfaits sont multiples.

La tradition populaire considère en effet que cette plante, en usage externe :

  • Aide à cicatriser et réparer les tissus
  • A une action antiseptique
  • Aide à apaiser et soigner les brûlures, coups de soleil, inflammations cutanées
  • Aide à soigner les douleurs des rhumatismes, sciatiques, foulures. Certains l’utilisent même sur des névralgies type douleurs provoquées par le zona.

Attention cependant : si cette huile soigne les coups de soleil, elle est réputée « photo-toxique», donc pourrait entrainer la formation de tâches après application au soleil.

Il est donc nécessaire de ne pas s’exposer au soleil après application ou consommation de millepertuis.

Cette précaution est cependant remise en cause par certains herboristes américains, qui ont constaté que c’est surtout la prise de millepertuis par voie orale, à haute dose, qui provoque des réactions cutanées (photo-toxicité). Ils remarquent que l’huile de millepertuis peut préserver la peau de l’effet du soleil, certes pas à la manière d’un écran total, mais avec un effet notable. Des publications font même état d’un effet préventif de l’huile de millepertuis sur les desquamations engendrées par un traitement de radiothérapie (Franco et al. 2014, Radiat Oncol. Dec29, 9 :297 ; http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25544371)

Si la tradition populaire l’appelle aussi « chasse-diable », ou encore « fuge-daemonum », c’est que la plante est réputée chasser les mauvais esprits ; au Moyen-Age, on l’utilisait déjà pour soigner des troubles nerveux. Tout au moins, elle a, en usage interne, une capacité à « amener du soleil en hiver », ou à amener de la lumière quand on en a besoin. Ainsi, elle est connue pour ses effets antidépressifs, en étant un baume pour l’âme.

  • Ÿ Comment la préparer ?

– Le remède le plus connu est l’ « huile rouge » : c’est l’huile de macération de la plante au soleil.

Après cueillette de la plante en mi-journée, par une journée ensoleillée, on met les fleurs et feuilles dans un bocal de verre, et on les recouvre d’huile d’olive (de qualité biologique de préférence). L’huile d’olive, tout comme le millepertuis, est une huile végétale que l’on dit « solaire » (les oliviers poussant dans des régions très ensoleillées). On peut éventuellement utiliser une huile végétale de tournesol de qualité.

La préparation est laissée au soleil de deux à quatre semaines, puis filtrée (pour éliminer les fleurs) et conserver dans des bocaux à l’abri de la chaleur et de la lumière. On peut l’utiliser pour les soins externes pendant un an (ou deux ans selon certains auteurs).

Afin d’améliorer la conservation de l’huile de macération, il est possible d’ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, qui renforcera et complémentera les propriétés du millepertuis.

– Il est aussi possible de consommer la plante en tisane (infusion de 1 cuillère à café de plante sèche par tasse, infusion de 10 à 15 minutes), à raison de 2 à 3 tasses par jour. En plus d’amener du soleil à l’âme, des botanistes bien connus (Cazin notamment) l’indiquaient pour les soins des bronchites ou de l’asthme.

– La plante peut être prescrite pour ses propriétés antidépressives qui ont été bien étudiées. On utilise alors de préférence un extrait hydro-alcoolique dans lequel les différents composants de la plante sont précisément dosés.

  • Comment la plante agit-elle ?

Les fleurs contiennent un pigment rouge contenu dans les petits poils glanduleux des sépales et pétales : l’hypericine. Ce pigment est très réactif à la lumière.

La plante contient également des composés phénoliques (dont l’hyperforine), des flavonoïdes, des tanins, une huile essentielle….

C’est l’ensemble de la plante, le « totum » qui est le plus efficace au niveau thérapeutique.

De nombreuses études ont été effectuées sur l’effet antidépressif du millepertuis. Celle-ci pourrait être du au fait que la plante inhibe la recapture de la sérotonine (à la base de l’activité du célèbre Prozac®), de la dopamine et de la noradrénaline (à la base de l’activité de médicaments indiqués dans la dépression). La plante aurait également un effet sur l’activité de la mélatonine.

Les effets secondaires du traitement par le millepertuis sont considérés comme minimes. Il est cependant montré que la plante, en modifiant l’activité des cytochromes, pourrait réduire (et augmenter en cas d’arrêt brutal) l’activité de médicaments administrés en même temps (contraceptifs oraux, certains anti-rétroviraux, anti-épileptiques, certains antibiotiques, etc…).

La plante transmet simplement l’énergie du soleil !

 

INSCRIVEZ-VOUS 

pour recevoir gratuitement le guide "Que mettre dans sa trousse d'urgence naturelle ?"

Couverture_bordure.jpg
Votre adresse ne sera jamais communiquée. Vous pouvez vous désabonner quand vous le souhaitez.

One thought on “Millepertuis, plante solaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.