Cosmétique / Faites vous-même ! / Livres cosmétique

Choisir ses cosmétiques

Nous utilisons tous des cosmétiques tous les jours. Même les messieurs qui ne mettent pas de crème hydratante (vraiment ?). Le dentifrice est un cosmétique, le shampoing, le savon aussi. Il est difficile de s’en passer complètement. Avec les alertes sur les ingrédients nocifs, comment choisir ses cosmétiques ? Quels sont les critères à regarder de près ?

Depuis quelques années, nous sommes de plus en plus informés sur la nocivité de certains produits cosmétiques et de certains ingrédients en particulier. Nous ne savons pas pour autant lire les étiquettes, dont la liste des ingrédients semble écrite dans une langue inconnue.

Comment alors faire le bon choix ? Quels sont les produits à éviter quand on souhaite se tenir le plus éloigné possible de produits nocifs ? Quels produits utiliser quand on est allergiques à certaines substances ?

Quelques pas dans le monde des cosmétiques…

Comme il est fondamental de se nourrir de bons produits pour être et rester en bonne santé, il est tout aussi important d’utiliser de bons produits pour prendre soin de sa peau, de ses cheveux ou de ses dents. Les produits cosmétiques ne sont pas censés traverser la peau pour arriver dans la circulation sanguine….et pourtant….certains ingrédients passent très rapidement dans le sang, d’autres s’accumulent dans les parties de notre peau composées de graisse.

  • Un cosmétique…c’est quoi ?

La définition officielle du produit cosmétique est qu’il s’agit de « toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec le corps humain, notamment l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes, ou avec les dents et les muqueuses buccales…. »

Donc dentifrice, shampoing, savon, baume à lèvres, vernis à ongles, savon d’hygiène intime, teinture capillaire…sont bien des cosmétiques.

On continue la définition « …en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles ».

Le déodorant, le parfum, la crème hydratante, la crème après-rasage, le rouge à lèvres, le fond de teint ont des fonctions de cosmétiques.

Un produit cosmétique est donc censé agir uniquement à la superficie de notre peau (la couche la plus externe : l’épiderme)…. Du coup, que penser des produits qui disent « nourrir votre peau en profondeur » ?????

  • La réglementation européenne.

Depuis le 13 juillet 2013, les cosmétiques en Europe doivent répondre aux obligations du Règlement Européen (Règlement n°1223/2009). Celui-ci stipule notamment que « les produits cosmétiques devraient être sûrs dans des conditions d’utilisation normales ou raisonnablement prévisibles ». Ainsi, l’Europe a-t-elle légiféré dans le sens d’une meilleure traçabilité des produits et un accès aisé aux informations sur le produit, et notamment à sa composition.

  • Les ingrédients sont sur l’étiquette

C’est pourquoi les étiquettes doivent obligatoirement présenter la liste des ingrédients par ordre décroissant d’importance dans le produit (les ingrédients en dessous de 1% pouvant être notés dans le désordre).

Cette obligation vous permet d’évaluer la proportion d’Aloe vera que votre produit dit « à l’Aloe vera » contient : si l’Aloe vera (en général appelé « Aloe barbadensis ») est noté au début ou en milieu de la liste des ingrédients, l’Aloe vera est vraiment un ingrédient majoritaire. S’il fait partie des derniers de la liste, il est en quantité réduite, et il s’agit surtout d’un argument commercial.

Ces ingrédients doivent être notés selon une dénomination internationale (INCI pour International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) afin que tous les pays partagent la même dénomination. C’est pourquoi au lieu de trouver « huile d’olive », vous trouverez « olea europaea fruit oil », ou encore « tocopheryl actetate » pour la vitamine E.

⇒ Effectivement, cette nomenclature nécessite un certain entrainement pour connaître la composition d’un produit.

D’autant plus qu’une catégorie de substances échappe totalement à cette transparence : il s’agit des parfums, ou compositions parfumantes, dont la composition reste en général secrète. On peut alors lire sur l’étiquette « parfum » (le plus souvent) ou encore « aroma » ou encore « fragrance ».

Seules 26 substances composant ces parfums doivent obligatoirement être notées dans la liste des ingrédients quand elles dépassent un certain seuil : ce sont les 26 substances allergènes considérées comme les plus fréquentes. Ainsi, si vous voyez écrit « geraniol », c’est peut-être que le « parfum » contient du géraniol au delà d’une certaine concentration, ou tout simplement que le produit contient une huile essentielle avec du géraniol.

Si vous vous savez allergique à une ou plusieurs de ces 26 substances, en lisant l’étiquette, vous pouvez déterminer si un produit contient les substances que vous devez éviter.

Nous reviendrons sur les cosmétiques et sur les ingrédients qui les composent, afin de savoir comment les choisir.

  • Documentaire sur les cosmétiques

Je vous recommande un documentaire sur les cosmétiques diffusé sur Arte.

Cosmétiques : faut-il se méfier des belles promesses ?

Deux journalistes partent à la découverte du monde des cosmétiques, des allergies associées à certains ingrédients (notamment au methylisothiazolinone, conservateur venu remplacer les parabènes), et de comment faire une crème sans parfum.

 

Arte. Documentaire cosmétiques

Bientôt sur ce blog, vous trouverez une recette de crème à fabriquer à la maison, avec des ingrédients plus simples que ceux du documentaire.

En attendant, n’hésitez pas à tester le masque à l’avocat & yaourt concocté à la fin du documentaire :

  • Masque à l’avocat et au yaourt

Dans un bol propre, mélanger :

– un avocat écrasé en purée (de qualité biologique)

– un yaourt (bio)

– du jus de citron (bio)

Appliquer sur le visage, en évitant les yeux, et laisser posé de 10 à 15 minutes, avant de nettoyer à l’eau.

Ce masque laisse la peau toute douce, notamment grâce aux magnifiques acides gras de l’avocat, à l’acide lactique du yaourt et à ses ferments (qui agissent sur la « flore » ou microbiote cutané), à l’acidité et aux vitamines du citron…

La suite de notre périple au pays des cosmétiques dans de prochains épisodes….

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’ouvrage de Laurence Wittner :

Si vous souhaitez lire un ouvrage conseillé sur ce blog, bien sûr, allez chez votre libraire, ou sinon, merci de cliquer sur l’image du livre, qui ouvre un “lien affilié” ; un achat “via” ce blog permet de contribuer à la production d’articles. Merci, merci, merci !

Partager

Auteur

herberie@yahoo.fr
Herboriste. Dr Biologie et Pharmacie.