La belle Achillée

Vous la croisez souvent le long des chemins, elle vous caresse les jambes quand vous traversez un pré en été, elle semble faite de dentelle blanche ou rose, l’Achillée. C’est aussi une grande médicinale, et une grande complice des femmes. Elle est incontournable !

 

La belle achillée millefeuille est blanche, parfois rose, son capitule forme une « piste d’atterrissage » pour nombre d’insectes. Elle pousse un peu partout. On la rencontre le long des chemins, dans les prés, dans les jardins. Elle se reconnaît à ses fleurs, mais aussi à ses feuilles, si finement découpées (mille feuilles : millefolium)

Des huiles solaires

Préparer des huile de macération de plantes au moment du solstice d’été permet de concevoir des remèdes pleins d’énergie, dont on peut profiter toute l’année.

Traditionnellement, au solstice d’été, on récolte les « plantes de la St Jean ». C’est le moment pendant lequel les influences solaires sont les plus importantes pour certaines plantes, donc le temps pour préparer les huiles solaires (qui n’ont rien à voir avec des huiles de protection vis à vis des rayons du soleil !!!!). 

Pissenlit en salade

Quelle est la première plante que l’on voit pousser quand le bitume urbain craquelle ? Celle dont on veut parfois de débarrasser car elle semble de trop dans les allées ou dans le jardin ? Le pissenlit est une plante tenace et forte, capable de pousser partout. Elle illumine les endroits où elle pousse de ses fleurs qui évoquent le soleil. Et c’est une plante médicinale qui se consomme aussi en salade !

 

La feuille de pissenlit est, comme la racine, un tonique pour le foie, qui stimule et « décongestionne ». Elle est aussi un bon diurétique, favorisant le travail des reins, tout en amenant des vitamines et minéraux indispensables. Mais c’est aussi un aliment qui amène de nombreux nutriments, vitamines et minéraux.

Connaître les plantes sauvages

Imaginez qu’un herboriste passionné vous prenne par la main pour vous conduire sur le « chemin des herbes», du jardin à la forêt, en passant par les haies, les bordures de rivières…

Imaginez que cet herboriste vous transmette non seulement des connaissances précises sur les plantes sauvages et les médicinales, mais vous transmette aussi toute la magie de ce monde végétal, les traditions d’utilisation…

Imaginez que cet herboriste, via un livre magique, se glisse dans votre sac et vous accompagne dans vos découvertes avec des mots simples et vous transmette une forme de liberté : celle d’apprendre un savoir ancestral pour se nourrir et se soigner.

 

«Les Plantes Sauvages, connaître, cueillir et utiliser » est un ouvrage à part dans les rayons « plantes médicinales » de nos librairies.

Comme le dit Pierre Lieutaghi dans sa préface, ce livre « n’est pas le énième de la décennie sur les plantes médicinales », « c’est un livre qui a longtemps regardé les herbes et les arbres, qui en a cueilli les feuilles, les fleurs, les fruits et les racines, qui en connaît la texture et le goût, et fait beaucoup de choses qu’on ne voit pas d’habitude parce qu’on n’a pas l’habitude de les voir ». La préface de Pierre Lieutaghi a elle seule est déjà un bonheur, tant on y croise l’immense savoir de ce grand ethnobotaniste avec son esprit libre : « ce livre, plus subversif qu’il n’y paraît, contribue déjà, à son niveau, à une meilleure distribution des connaissances et des responsabilités à reconquérir ».

Douce camomille

Quand on évoque la camomille, on pense à la « tisane des grand-mères », pas forcément très délicieuse. Mais savez-vous que la camomille est une magicienne ? A la fois très douce et très puissante, c’est une grande médicinale !

 

En la voyant, on pourrait penser que c’est une marguerite toute petite, à effeuiller pour un « je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément… ». La camomille, on devrait l’aimer passionnément ! Comment tant de bienfaits peuvent-ils être cachés dans une si petite fleur ?

Millepertuis, plante solaire

Elle fleurit au mois de juin, elle ressemble à des grappes de petits soleils, elle est utile pour soigner brûlures et inflammations, ainsi que pour ensoleiller l’humeur ? De qui s’agit-il ?

Du solaire Millepertuis !

 

  • Ÿ Qu’est ce que le Millepertuis ?

On l’appelle l’ « Herbe aux Fées », ou encore l’ « Herbe aux mille trous », l’ « Herbe de St Jean », l’ « Herbe aux brûlures », le « Chasse-Diable »… le Millepertuis est la fleur solaire par excellence. Son nom botanique « Hypericum perforatum » fait référence aux mille trous.